La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
   
DUCLOS Marion
   
Visitez son site internet
 
-
  Née au début des années 80, Marion se lance dans des études scientifiques. Lorsqu' à 25 ans elle ébauche l'histoire d'Ernesto. Deux années à l'ESMI de Bordeaux lui permettent de former son trait. En 2010, Ernesto sera pré-publié sur le site de Coconino-World.

Elle travaille ensuite pour l'édition jeunesse (Casterman, Hatier et Fleurus) et découvre l'auto-édition avec Frogs in Scotland. En 2012, elle bénéficie d'une résidence au pays de Sergio Léone, où elle reprend l'histoire de Victor & Clint imaginée une année plus tôt. Ce premier album solo sera signé avec la Boite à Bulles !

Elle participe aussi à des projets enthousiasmant tels que des lectures dessinées (association Il était une fois...) et les collectifs Sous-Sol (éditions Croc en Jambe) et Brel, des nouvelles d'en bas (éditions Margot).

Quant à Ernesto il poursuit son voyage et sera publié dans sa totalité en 2017, aux éditions Casterman.
 
 
Liens de l'auteur


> Interview par Planète BD au Festival d'Angoulême 2016


Coup de coeur de l'auteur

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

> Victor & Clint



> Ernesto (à paraître) (Casterman)
> Frogs in Scotland ((Auto-édition))

Images bonus


Sanchez

Revue de presse
 
Babelio par

Pouvez-vous nous présenter Victor ? Aviez-vous, plus jeune, quelques points communs avec cet adolescent rêveur ?
Sous ses airs canailles, Victor est un enfant rêveur, fragile et introverti. Il supporte mal le départ de son père, il ne comprend ni le monde d'adulte qui l'entoure, ni les règles qui l'accompagnent. Alors il décide de se façonner un monde sans lois, au sein duquel il ne serait pas obligé d'obéir, et de subir les frustrations du quotidien. 
Lorsque j'étais pré-ado, je me suis réfugiée dans la lecture, l'imaginaire était devenu mon espace de liberté. Après, certains personnages, comme le vieux Castagne, sont inspirés de personnes réelles. Les bêtises, comme la fronde, les prunes et le train ne sont pas non plus complètement imaginaires. Enfant, j'ai grandi au milieu d'une horde de cousins très inventifs, j'étais la plus jeune, j'observais et je prenais des notes.

Comment est né ce personnage ?
En réalité, Albert est né avant Victor. J'adorais (et j'aime toujours) dessiner les dogues. La gestuelle, la maladresse de ces chiens est incroyablement drôle. Lorsque je les dessinais, ils me faisaient l'effet d'une monture maladroite. J'ai ajouté une selle sur le dos du chien et un enfant prêt à l'enfourcher : un petit enfant roux.
Puis l'enfant a grandit, le chien est devenu un ami et la monture a été remplacée par un vélo. En 2012, je suis partie en résidence, en Italie, afin d'écrire le scénario de Victor & Clint, 3 ans plus tard je confiais cette histoire au lecteur.

Victor est fasciné par les westerns. Pourquoi avoir choisi cet univers très cinématographique et très codifié pour représenter son monde imaginaire ?
Les films de Sergio Léone ont bercé mon enfance. Ces personnages crasseux, ambigus et caricaturaux me fascinaient. de plus, on trouvait au Far West beaucoup de zones de non-droit, environnement rêvé pour un enfant qui supporte mal l'autorité et qui est confronté à la loi du plus fort.

Si cette bande dessinée est destinée aux pré-ados, vous abordez de sujets difficiles tout au long de la lecture : le deuil, la famille recomposée ou encore la violence scolaire. La bande dessinée est-elle un moyen efficace de parler de sujets importants aux plus jeunes ?
Les rencontres, le dialogue, les débats et les confidences restent indispensables pour affronter les sujets difficiles. La bande dessinée, les romans, le cinéma et l'art en général sont en effet des outils formidables pour initier ces échanges.

Le dessin est très dynamique et coloré et particulièrement lorsque l'on suit Clint, le double fantasmatique de Victor. Quelles ont été vos influences pour la réalisation de cet album ?
C'est une question difficile, en réalité, le dessin dans Victor & Clint résulte de la digestion du travail de plusieurs dizaines d'auteurs et de réalisateurs... Il résulte, même certainement d'influences dont je n'ai pas conscience. Je pourrais vous faire une liste mais elle risque d'être très longue.

Avez-vous toujours pensé à un one-shot ou bien seriez-vous tentée de faire revenir le personnage de Victor (et de Clint) à l'avenir ?
Compte-tenu du fond de l'histoire, faire revenir Victor et Clint dans une suite serait plutôt incohérent. 
Après, Victor pourrait intervenir en tant que personnage secondaire auprès d'un copain ou d'une copine, d'un petit frère ou d'une petite soeur, qui aurait trouvé refuge dans un univers imaginaire pour fuir d'autres problèmes... L'occasion d'aborder d'autres thématiques comme l'amour, la différence... 
Enfin pour le moment je suis bien occupée, mais je garde l'idée dans un coin de ma tête.

Sur quels autres projets travaillez-vous actuellement ?
Je travaille sur Ernesto avec les éditions Casterman. Une première version a été pré-publiée en 2010 sur Coconino World, mais l'envie de raconter cette histoire est beaucoup plus ancienne que ça. 
Il s'agit du voyage d'un exilé espagnol qui quelques années après la mort de Franco, décide de retourner en Espagne. Elle parle du rayonnement culturel et idéologique que l'immigration espagnole a pu avoir sur sa terre d'accueil. Certains aspects de ce récit, comme l'évocation de la Retirada par les personnages, font cruellement écho à ce qui se passe aujourd'hui...

Marion Duclos et ses lectures

Quel est le livre qui vous a donné envie de vous mettre à réaliser des bandes dessinées ?
Difficile à dire, j'étais une lectrice de BD assez boulimique... Mais, j'ai beaucoup recopié La Quête de l'oiseau du temps de Régis Loisel gamine, et je l'ai relue il y a peu avec plaisir !

Quel est l'auteur qui vous a donné envie d'arrêter d'écrire (par ses qualités exceptionnelles...) ?
En général ça me fait l'effet inverse... En BD je dirais peut être Emile Bravo ex aequo avec Pascal Rabaté. Oh, et puis Frederik Peeters! Vous voyez, rien que pour la BD, là encore, la liste risque d'être longue.

Quelle est votre première grande découverte littéraire ?
Pas facile, facile... Les contes d'Andersen, peut être...

Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?
Le Trésor de la guerre d'Espagne de Serge Pey chez Zulma. Un livre qui me suit depuis des années.

Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?
Malheureusement, la liste ne cesse de s'allonger... Mais, dans une certaine mesure, j'ai de la chance, car combler cette liste me promet des lectures passionnantes jusqu'à la fin de mes jours !

Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?
Ferdinand de Lucie Braud chez In8. Une nouvelle qui m'émeut toujours autant.

Quel est le classique de la littérature ou de la bande dessinée dont vous trouvez la réputation surfaite ?
La Bible.

Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?
Pas vraiment, mais j'ai beaucoup de tendresse pour celle là : « Je me demande ce que je ferais sans toi, Obélix ? » « Des bêtises ! »

Et en ce moment que lisez-vous ?
J'ai toujours plusieurs livres en route sur ma table de chevet. En ce moment, c'est A travers la mitraille d'Armand Guerra, Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir (une partie de la réponse à la question 5), Ukulélé de Joann Sfar et l' OuBaPo, Opus 6 Juin 2015.
Lire la suite