La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
   
SARFATI Raphaël
   
Visitez son site internet
 
-
  Raphaël Sarfati est auteur de bandes dessinées, cuistot végétarien, maquettiste, etc. Né en 1978, il navigue entre Paris (naissance) et Nice, pour vivre désormais à Lyon. Après des années passées en librairie, diverses collaborations à des fanzines ou collectifs (notamment Bermuda 1 & 3 aux éditions Expérience), il adopte désormais la BD comme un outil de recherche dans le témoignage. Depuis 2008, il a également adopté l'ontologie appliquée, fouillée et assistée comme ligne de conduite et de recherche. Quant à la cuisine végétarienne elle est devenue sa subsistance, militance, pitance, bombance, plaisance... Son ambition dans tout cela ? Découvrir le fil ténu de nos âmes, de nos racines, sans forcément le coucher sur le papier.  
 
Liens de l'auteur


> Interview des auteurs par BDGest


Coup de coeur de l'auteur

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

> Little Joséphine



> Projet Bermuda T1 (Editions Expérience)
> Projet Bermuda T3 (Editions Expérience)
> Projet Bermuda T4 (Éditions Expérience)
> Projet Bermuda T5 (Éditions Expérience)

Images bonus



TMPS I

TMPS I - p1-2

TMPS I - p3-4

TMPS I - p5-6

TMPS I - p7

l'auteur en cases.

Revue de presse
 
La Vie par Véronique Durand

Raphaël Sarfati, 35 ans, né à Paris, qui a grandi à Nice, ancien libraire passionné de fanzines, réside depuis 10 ans à Lyon. Grande gueule, dessinateur autodidacte végétarien, il fait de la BD pour servir de belles causes. L'histoire de Joséphine en est une ; elle l'a touché en plein cœur : « Depuis tout petit, les vieux m'attirent. Peut-être parce que mes grands parents étaient loin ? Un visage de vieux, c'est un livre ouvert à toutes les pages, or aujourd'hui on veut gommer la vieillesse. On a peur de la mort. Ne trichons pas ! Nous allons tous vieillir ».

Présent à Angoulême avec Valérie Villieu pour recevoir ce Prix, il est tout simplement heureux de ce coup de projecteur médiatique. Il milite pour une société qui cesse de cloisonner les jeunes d'un côté, les vieux de l'autre : « On se prive de leur expérience, et on les coupe de la fraîcheur des jeunes. Les personnes qui vivent entourées de jeunes ont l'esprit plus clair ». Il regrette que dans la BD il ne soit pas mentionné que Valérie Villieu travaille à mi-temps : « Ce n'est pas rien, ça lui permet de se régénérer dans son travail de soignant auprès de publics en difficultés ».

Sûrement idéaliste - il rêve de créer un écovillage mêlant toutes générations et pratiques -, mais sa générosité, son militantisme pour les valeurs de solidarité, d'amour du prochain et d'entraide font du bien ! Eleanor Roosevelt ne disait-elle pas : « Le futur appartient à ceux qui croient à la beauté de leurs rêves » ?
Lire la suite