La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
   
MARCHAT Yannick
   
 
 
-
  Après avoir perdu beaucoup de temps à faire semblant de s'y connaître en art contemporain et à fumer des cigarettes plus ou moins pleines de tabac tout en se nourrissant aux frais des vernissages des expos du CAPC de Bordeaux, Yannick finit par retrouver sa lucidité et décide d'accomplir sa destinée : devenir dessinateur de bandes dessinées. Il dépose un jour quelques planches à la Boîte à Bulles. Une démarche heureuse qui aboutira à la parution de son premier album : Albin et Zélie. En 2015, il continue dans sa lancée et dessine Trop vieux pour toi , avec Xavier Betaucourt au scénario, publié également par la Boîte à Bulles.  
 
Liens de l'auteur


> Interview de Yannick sur RCF

> Interview de Yannick par Save my Brain - Angoulême 2013

> LE BLOG de YANNICK

> Interview dans la Nouvelle République - 08/02/16


Coup de coeur de l'auteur

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

> Albin et Zélie
> Trop vieux pour toi




Images bonus



Revue de presse
 
La Nouvelle République par Martine Roy

Professeur d'arts plastiques au collège Balzac, le dessinateur signe à 34 ans sa première bande dessinée. Par le passé, il avait réalisé les illustrations d'un livre de contes de fée pour l'association Le Hibou mécanique, et publié un recueil humoristique Les Bonnes Blagues de Pluton racontées par ses habitants. « Cet ouvrage m'a ouvert les portes des salons spécialisés. J'ai toujours eu la bande dessinée en tête. Mais, par manque de confiance en moi et de connaissance du milieu, je n'avais jamais montré mon travail à un éditeur. »
En 2009, alors au chômage, Yannick Marchat finit par céder à cette petite voix intérieure qui le pousse vers la création. « Je me suis lancé dans un gros projet. Un jour, pour m'offrir une petite respiration, j'ai créé trois planches avec un graphisme simplifié que j'ai mises sur mon blog. L'histoire a plus. On m'a demandé la suite. Je me suis pris au jeu et j'ai lâché l'autre projet. »
Cette histoire est celle d'Albin et Zélie. Son premier chapitre en main, Yannick Marchat décide d'aller à la rencontre des éditeurs au Festival d'Angoulême. Plusieurs maisons seront séduites dont La Boîte à bulles avec laquelle le dessinateur a signé. « A la rentrée 2011, j'ai été nommé au collège Balzac. Je suis donc venu m'installer à Issoudun où j'ai terminé les chapitres de cette histoire abracadabrantesque. »
L'histoire d'Albin et Zélie se décline ainsi en 169 planches. Les dialogues sont courts, laissant une large place au dessin. L'univers, qui oscille entre onirisme et fantastique, séduira autant les adultes que les adolescents. L'enseignant, qui espère vivre un jour de son talent, n'a pas l'intention d'écrire une suite à cette aventure. « L'histoire est close. Mais j'ai d'autres personnages en tête… »
Lire la suite

 
L'Echo - Indre #18 février 2013 par Ph. R.

Enfant, Yannick Marchat dévorait les aventures de Spirou et Fantasio ou de Gaston Lagaffe, en rêvant de devenir un jour Franquin. En 2009, à 32 ans, la vie de ce Bordelais originaire du Lot a pris un nouveau tournant. "J'avais toujours eu l'envie de faire une BD mais j'ai toujours retardé l'échéance. A partir de ce moment, je me suis donné 1 an pour être édité. J'ai publié régulièrement les planches de deux histoires sur mon blog afin que les lecteurs me donnent leur avis. Après une trentaine de planches, je tenais mon projet, il ne me restait plus qu'à démarcher un éditeur." Chose faite l'année suivante à Angoulême. Son premier album, Albin et Zélie, sera publié à La Boîte à Bulles en juillet 2012.
Au fil de 176 pages, en noir et blanc, une histoire d'amour se noue entre un homme solitaire, sans charme, et une séduisante jeune femme pleine de vie. Le tout grâce à l'entremise d'extraterrestres. "Il s'agit d'un récit hybride entre le fantastique et l'onirique, précise l'auteur. L'emploi du N&B se justifie pleinement dans cet univers."
Au cours de l'année 2010, Yannick Marchat a décroché son CAPES dans la foulée, ce qui lui a permis de venir enseigner les arts plastiques au collège Balzac d'Issoudun. Désormais installé dans le Cher, ce jeune auteur travaille déjà sur de nouveaux projets. Avec La Boîte à Bulles bien sûr, mais aussi Delcourt, avec qui des pourparlers sont en cours au sujet d'un album couleurs avec l'appui d'un scénariste.
Lire la suite

 
L'Echo - Indre #19/02/2016 par Redaction Indre

Professeur d'arts plastiques au collège Balzac à Issoudun, Yannick Marchat a mis en images un récit autobiographique du Berruyer Xavier Bétaucourt sur la grossesse inattendue de sa nouvelle et jeune compagne. Un album très touchant. L'accouchement fut long, plus près de deux ans que de neuf mois. Soulagé et fier à la fois, Yannick Marchat tient entre les mains Trop vieux pour toi, son deuxième album. Gamin, il dévorait les Gaston Lagaffe, Lucky Luke et autres Benoît Brisefer avec un rêve : celui de devenir auteur de BD. Ce rêve ne l'a pas quitté. Professeur d'arts plastiques au collège Balzac à Issoudun depuis cinq ans, il s'adonne au dessin dès qu'il a un moment de libre. Résultat : des gags à l'humour absurde postés sur internet puis réunis dans un recueil, un premier album, Albin et Zélie, paru en 2012 à La Boîte à Bulles et ce nouveau récit chez le même éditeur sorti il y a quelques jours. Trop vieux pour toi est né d'une rencontre avec le scénariste Xavier Bétaucourt. « Nous nous sommes installés dans le Berry pratiquement en même temps, lui à Bourges, moi à Chezal-Benoît. Nous nous sommes rencontrés en octobre 2012 lors du festival de bande dessinée Bulleberry à Bourges. Il m'a parlé d'un projet. Il avait quitté sa femme, sa région, son boulot, rencontré une autre femme un peu plus jeune que lui. Elle est tombée enceinte alors qu'on lui avait dit qu'elle ne pourrait pas avoir d'enfant. Et il s'est mis à écrire au jour le jour ce qu'il ressentait. » Sans fausse pudeur, le scénariste retrace les neuf mois de la grossesse en autant de chapitres. Il fait part de ses états d'âme, de son désarroi et des doutes qui l'assaillent à l'idée d'être père à nouveau à bientôt cinquante ans. « Dans le même temps, j'attendais la naissance de mon premier enfant et j'étais fou de joie à cette idée. C'était une histoire inverse à la mienne. Le challenge était donc de m'accaparer de quelque chose qui ne me concernait pas » poursuit Yannick Marchat qui a donné au personnage les traits de Xavier Bétaucourt. De surcroît, c'était la première fois qu'il travaillait avec un scénariste : « il s'agissait de mettre en images une histoire bien structurée alors que pour mon premier album j'improvisais au fur et à mesure. Nous nous sommes rencontrés régulièrement pour échanger. Je lui apportais mes planches. J'ai ajouté quelques petites choses sur le plan visuel. Notre collaboration s'est très bien passée. J'ai beaucoup appris. Pour mon prochain album en solo, il y a des erreurs que je ne ferai plus. » Yannick Marchat planche d'ores et déjà sur un nouveau projet avec un autre scénariste berrichon, Aurélien Ducoudray. Avec l'objectif de passer auteur de BD à temps complet. Il a suivi de près les états généraux de la profession qui ont eu lieu lors du récent festival d'Angoulême où la question d'une rémunération digne du travail effectué a notamment été mise en avant. « Cela me donne envie de me battre aussi » confie-t-il. Il sera en dédicace à la librairie Arcanix, 87 rue Grande à Châteauroux, samedi 5 mars à partir de 15 h.
Lire la suite