La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
   
PRIET MAHéO Delphine
   
Visitez son site internet
 
-
  Cette jeune bretonne, titulaire d’un DEA en Arts Plastiques à la faculté de Rennes, a d’abord abordé l’art sous un atour plus réflexif (vidéos…), pour s’investir désormais dans le film d’animation ("La petite fille et la mort") et le dessin. Se mettant en retrait de la vie sociale et de ses codes, elle observe les autres, leur corps et de son critérium 0,5 2B, elle s’attache à rendre le modelé de la surface des choses, par le jeu des ombres et de la lumière comme on peut le pratiquer en gravure.
C’est ce qui fait de Gueule d’amour une première œuvre réussie et pleine de promesses.
 
 
Liens de l'auteur


> Interview de Delphine

> Regards sur la culture du 2 août 2012 - RCF


Coup de coeur de l'auteur

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

> Gueule d'amour




Images bonus



Revue de presse
 
Ouest-France par

L'artiste rennaise publie, avec le scénariste Aurélien Ducoudray, une bande dessinée : Gueule d'amour (La Boîte à bulle).

La BD conte le destin chahuté de ceux que l'on nommait après-guerre (celle de 14-18), les « gueules cassées ». La jeune dessinatrice n'en est pas à son coup d'essai, puisqu'elle a présenté, en décembre dernier, son tout premier court-métrage professionnel, Thé et gaufrettes. Mais, avec cet album, elle revient à « son premier amour » : la bande dessinée.

Choix profond, non anodin, puisque, enfant, « la bibliothèque de mes parents était remplie de BD, et surtout, j'ai toujours intensément dessiné », raconte-t-elle. Pourtant, il s'en est fallu de peu pour qu'elle passe à côté de son désir initial : « Lorsque j'étais à la fac, en arts plastiques, une majorité de profs et d'étudiants considéraient cet art, comme mineur. De plus, j'étais lancée dans une réflexion très conceptuelle sur cette discipline, qui a émoussé ma pratique réelle du dessin. Le déclic a eu lieu, en thèse, et après mon court passage dans le professorat. Je ne me voyais pas faire autre chose que ce qui me plaît vraiment : dessiner ».

Elle s'investit alors dans l'association étudiante Blink, où elle expérimente le cinéma d'animation. C'est par ce biais qu'elle rencontre, dans les locaux du Mouton à Plume, quatre auteurs de BD. Ils connaissent bien son travail (notamment ses « dessins automatiques ») et lui conseillent de prendre contact avec le scénariste Aurélien Ducoudray. Le charme opère : ses dessins lui plaisent, il lui envoie rapidement un scénario. Ainsi commence leur heureuse collaboration pour faire naître l'histoire de ces soldats défigurés et esseulés qui peinent à reconquérir une vie intime. « Heureuse » car le scénariste laisse libre cours à l'imagination de Delphine tout en constituant, selon elle, « un garde-fou rassurant ». L'enjeu a ensuite consisté en la mise en tension respectueuse de leurs regards respectifs sur le vécu de ces hommes : « Aurélien donne, à ce récit, un point de vue très masculin. De mon côté, j'ai tenté de donner cœur et chair aux femmes qui apparaissent ».

L'ensemble offre ainsi un bel ouvrage, sensible et cru, à l'écriture précise, fort bien documentée, et au dessin évocateur, puissant.
Lire la suite