La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
   
REVEL Sandrine
   
 
 
-
  Sandrine Revel est née en 1969 dans le Bordelais où elle réside encore aujourd’hui. Après trois années d’étude à l’école des Beaux Arts, elle se lance dans l’illustration jeunesse et la bande dessinée. Elle travaille depuis régulièrement pour la presse – notamment pour le journal Sud Ouest Dimanche, diverses publications Disney Hachette et Milan Presse – et a publié pas moins d’une vingtaine d’ouvrages.
Sur un scénario de son complice Denis-Pierre Filippi, elle dessine avec plein de fraîcheur et d’audace les 7 tomes de la série Un drôle d’ange gardien dont le second opus sera distingué en 2001 à Angoulême d’un Alph-Art jeunesse.
Pour le public adultes, elle créé des ouvrages tour à tour poétiques (Intérieur jazz aux éditions Charrette), absurdes (Monsieur Régis avec C. Bourgeyx aux Enfants Rouges) et intimistes (Le 11ème jour, éditions Delcourt, sur son expérience du 11 septembre 2001).


Avec Résurgences, cette féministe dans l’âme fait montre de toute sa sensibilité pour donner vie et parole à ces femmes en état de précarité
 
 
Liens de l'auteur


> Blog de Sandrine Revel


Coup de coeur de l'auteur

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

> Femmes en voie de resociabilisation



> Un drôle d'ange Gardien T1 (Delcourt)
> Un drôle d'ange Gardien T2 (Delcourt)
> Un drôle d'ange Gardien T3 (Delcourt)
> Un drôle d'ange Gardien T4 (Delcourt)
> Un drôle d'ange gardien T5 (Delcourt)
> Un drôle d'ange Gardien T6 (Delcourt)
> Un drôle d'ange Gardien T7 (Delcourt)
> Monsieur Régis T1 (Les Enfants Rouges)
> Le 11ème jour T1 (Delcourt)
> Intérieur Jazz T1 (Charette)

Images bonus



Aucun visuel n'est disponible pour l'instant



Revue de presse
 
Sud Ouest par Y. D.

Sandrine Revel : une souris masquée mais bienveillante

Forcément, on pense à Florence Aubenas et son Quai de Ouistreham, immersion dans le quotidien de travailleuses précaires. Mais Sandrine Revel nuance. « Je n'ai pas réalisé un documentaire, j'ai travaillé sur le ressenti, l'émotion, le moment. Un inventaire. »

Douze femmes inscrites à une formation de huit mois menée par le CIDFF (1) sur la création d'entreprise et la recherche d'emploi. Carnet en main, la dessinatrice les a suivies, recueillant leurs impressions, leurs doutes, leurs sourires parfois.

« Modestement, je fais partie du réseau de chefs d'entreprise du CIDFF », renseigne Sandrine. « Je me sentais prête à témoigner de la précarité du travail chez les femmes. Dans cette formation, j'en ai rencontré beaucoup, séparées avec enfants, sorties du circuit du travail depuis un moment. »

Alors l'artiste se fait petite souris pour être là sans trop l'être. Et masquée. « Pour apprendre d'elles sans me dévoiler. Et puis parce que la rhétorique de la performance voire de l'héroïsme est assez présente dans la sphère du travail. »
Lire la suite

 
Sud Ouest par Isabelle Castéra

Une souris et des femmes

On dit « auteur-reu ». Il suffit de s'habituer à cette nouvelle orthographe. Au Centre d'information sur le droit des femmes et des familles (CIDFF), pas intérêt d'oublier le « reu » sous peine de se faire rappeler à l'ordre. L'association milite pour la mise en oeuvre de l'égalité entre les hommes et les femmes, à tous les niveaux. Même syntaxique.

Accès au droit, accompagnement vers l'emploi, lutte contre les violences conjugales, actions de prévention en faveur de l'égalité, de la parité, etc. 6 000 personnes poussent la porte des CIDFF en Gironde chaque année pour une info, du soutien voire créer une entreprise.

Sandrine Revel, elle, a été invitée. Cette bédéiste reconnue a participé pendant huit mois à un stage d'accompagnement vers l'emploi et la création d'entreprise avec une dizaine de femmes, toutes en situation difficile. Sans boulot depuis longtemps, elles sont déconnectées du monde du travail, certaines même n'y ont jamais été connectées.

« J'étais une petite souris, raconte Sandrine Revel. C'était un peu bizarre comme place. À la fois un témoin qui observe, quelqu'un qui les apprivoise, puis les écoute. Je n'étais pas animatrice de la formation, mais plutôt à côté. »
Lire la suite