La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
Aspic Voisine
 
de HUREAU Simon
 
Juillet 2009
 
cliquez ici pour voir en grand

Dessin :
    
HUREAU Simon

Scénario :
     HUREAU Simon

Pages : 80
Broché
Prix : 14.5 €
Collection : Hors champ

EAN : 9782849530818
ISBN : 978-2-84953-081-8
NUART : 110566


Amazon
Bd Net
Fnac
BDFugue

L'histoire...
Dans un bout de rue quelconque, un immeuble pimpant et arrogant défie la vieille façade lépreuse d'en face ; c'est dans ce bâtiment croûteux que crèche Mélusine.
Hasard, elle rentre ce jour là pile au moment où Justine, délicate oie blanche du 92, emménage face à chez elle.
Bizarrement, Mélu lui propose son aide (pourtant c'est pas son genre) ; l'occasion de faire connaissance...
Il est manifeste qu'un monstrueux gouffre sépare les deux jeunes femmes (ça crève les yeux), et pourtant... Quelque chose fait que ces deux opposées s’attirent. Et pas qu’un peu !

Et si Justine n’a pas connaissance de toutes les horreurs auxquelles Mélusine se trouve mêlée (mais le lecteur, lui, si !), elle entre tout de même progressivement dans l’univers de sa comparse.

Un ouvrage fort, dérangeant, érotique, mêlant amours lesbiens et faits divers.
A ne pas mettre dans de trop jeunes mains ! Du grand art, mais à sa façon !
 
Revue de presse
 
Zoo par Kamil PLEJWALTZSKY

Dans la même logique que l’écrivain américain Jack Ketchum, Simon Hureau s’interroge depuis ses débuts sur la place qu’occupe le monstre, qu’il soit enfoui en nous ou simplement dissimulé derrière le masque de bienséance qu’arbore notre société.

Aspic voisine, son nouvel album, ne laissera pas indifférent. Une fable en cinq actes où Justine, d’apparence lisse et bourgeoise, fait la rencontre de sa voisine Mélusine, une créature au cynisme outrancier.

(...)[un] auteur brillant, hors norme et sincère.
Lire la suite

 
Sceneario par Sbuoro

Aspic voisine [est] un récit très décalé, très "C’est arrivé près de chez vous mais vous ne le soupçonneriez pas"... C’est une œuvre osée, comme l’étaient les Hautes Œuvres en leur genre, et on aime ça !

Arrondi, mouvant, le trait de l’auteur est très reconnaissable. Ses vignettes sont encrées jusque dans leurs moindres recoins et pas mal de détails gagnent donc leur place. Ah, ils ne sont pas forcément utiles à l’intrigue, mais ils sont nécessaires aux décors, et donc aux ambiances. Quant aux dialogues, ils sont pour certains fort drôles ! Vous adorerez par exemple la référence au Sel Cérébos Fin !!!

Du sel, cette BD n’en manque pas ! Alors si vous aimez les surprises, jetez-vous sur Aspic voisine. Et comme qui s’y frotte s’y pique, ne laissez pas les enfants s’y perdre.
Lire la suite

 
Bdtheque par Alix

Oulala, ça décoiffe ! L’histoire démarre tout doucement, et on s’attend à une énième confrontation culturelle un peu gnian-gnian, entre une fille gentille mais un peu coincée, et une espèce de gothique un peu dévergondée.

Et puis on découvre petit à petit, avec horreur, que Mélusine n’a pas que les apparences d’une tarée. Elle fréquente des gens pour le moins douteux, et s’adonne à des pratiques peu ragoutantes. Certains passages m’ont fait penser au film « C’est arrivé prés de chez vous », c’est vous dire. Et ce qui est rigolo, c’est que Justine ne soupçonne pas du tout toutes les horreurs commises par sa nouvelle amie, et qu’on aurait presque envie de la prévenir !
Lire la suite

 
Wartmag par

Une BD très provocante, puisqu’elle aborde des thèmes sensibles comme le cannibalisme ou la pédophilie. Justine, gentille fille un peu idiote, aménage en face de l’immeuble de Mélusine, gothique perverse au passé trouble qui s’occupe des basses besognes d’un riche employeur. Découpé en plusieurs récits courts, chaque récit d’Aspic Voisine permet de renforcer les liens d’amitié de plus en plus charnels entre les deux héroïnes tout en brossant des saynètes borderline dont une où un malade sadique kidnappe une petite fille. Pourtant, contrairement à Durandur qui n’hésite pas à s’enfoncer dans l’horreur absolue, Monsieur H titille la ligne jaune et se montre subversif sans en faire des caisses.
En deux mots : BD venimeuse
Lire la suite

 
Radio P. FM - Easy Rider par Olivier Valerio

C’est une bande dessinée assez particulière, un très bel objet d’ailleurs. C'est l’histoire de deux voisines qui viennent de se rencontrer, et de la relation qui s’installe entre elles (…). Mais le problème, c’est que Mélusine a une double vie. Et sa double vie, elle est très très trash. Vraiment, c’est malsain. C’est très dur. Il faut le lire. C’est de la bande dessinée punk, il faut vraiment absolument lire ça, ça vient juste de sortir, et à mon avis, ça va faire un petit peu de bruit…
Lire la suite

 
CaseMate par Paul Giner

Imaginez la pire garce possible, tendnce gothique, qui flirte avec la voisine et lui fait des misères. Imaginez un de ses ex, pédophile cannibale sur le point de "jouer" avec une gosse. Imaginez enfin quelques scènes de cul et de violence. Ça donne un album atypique, incroyablement dérangeant. (...)

C'est avec finesse que l'album ne franchit jamais la ligne jaune. On est choqué, mais le prisme humoristique fait passer la pilule. (...)

Réservé aux adultes, ce livre aborde un tas de thèmes difficiles à commencer par le cannibalisme, la pédophilie ou le masochisme. Pour autant, Aspic Voisine ne se limite pas à un déballage de propos polémiques et de scènes crues mais offre de petites histoires acides et impertinentes.

 
BD Gest' par L Cirade et L Gianati

L'héroïne met tout le monde à l'aise à l'heure de refermer le livre : "Et si tu n'as pas aimé (...) je te prie de noter que j'en ai rien à cirer... Du reste, je t'emmerde." Elle, c'est Mélusine, personnage dont le comportement et les actes, tout comme ceux qui l'entourent le temps de cinq courtes histoires, ne peuvent pas laisser indifférents. Le personnage a évidemment un lien avec celui mis en scène dans Tout doit disparaître (Futuropolis) mais derrière les apparences, le ton n'est pas le même. [Monsieur H.] pousse le bouchon très loin. Le risque de rejet est patent, y compris au sein des fans de l'auteur qui assume la liberté avec laquelle il a réalisé cet album. Aspic voisine, ça pique les yeux et ça démange de partout.
Lire la suite

 
Asteline par Jean Alinea

Après nous avoir conquis avec l’ambiance fantastique et nostalgique de L’empire des Hauts-Murs (chez Delcourt), la noirceur intéressante de Tout doit disparaître (chez Futuropolis, et dans lequel Mélusine faisait sa première apparition), [Monsieur H.] nous livre ici un ouvrage nettement plus mineur malgré ses ambitions d’exutoire subversif. Son dessin (ici en noir, blanc et valeurs de gris) reste très appréciable dans un style à la fois alternatif, semi-réaliste, vif et spontané.
Lire la suite

 
Onirik par Damien Dhont

Si Mélusine est autant fascinée par la mort, on peut se demander pourquoi elle s’est liée d’amitié avec la pure Justine. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle cherche à l’épargner au maximum.(...) L’héroïne de Tout doit disparaître (Futuropolis) est de retour, élément dynamique évoluant au milieu de la noirceur humaine.
Lire la suite

 
Neuvième Art par Pierre Labousset

Peut-on parler de tout en BD ? [Monsieur H.] le croit et son Aspic Voisine (...) ne nous épargne pas grand chose.
Cannibalisme, pédophilie et viols divers peuplent cet album pas tout à fait comme les autres qui lorgne autant sur le C'est arrivé près de chez vous de Benoit Poelvoorde que sur l'Orange Mécanique de Stanley Kubrick. C'est dire cet ovni bande dessinée n'est pas à mettre entre toutes les mains !

Pour ceux qui s'y frotteront - et inévitablement s'y piqueront -, attendez-vous aussi à un album réjouissant car [Monsieur H.] sait amener les situations les plus scabreuses et les pimenter de dialogues enlevés. Au fil des cinq actes que composent l'album, c'est entre effroi et délectation que l'on accompagne le glissement progressif de la gentille provinciale vers la belle et venimeuse Mélusine. Un joli moment de perversité en noir et blanc.
Lire la suite

 
BDouebe par A. Boucherot

J'ose croire que quelque chose m'a échappé car sinon cette BD est à jeter au feu.
Lire la suite

 
Blog du Journal Sud-Ouest par Philippe Belhache

Monsieur H. vise heureusement beaucoup plus haut. Il fait preuve de recul et dose ses effets. Mais il va également très loin dans la description des mœurs déviantes de ses personnages, notamment dans un passage consacré au cannibalisme. « Aspic Voisine » peut parfois réjouir par son amoralité assumée. Il peut aussi se révéler extrêmement dérangeant, les choix de l’auteur pouvant être taxés de voyeurisme ou de complaisance.
Lire la suite

 
Planète BD par Joseph Arrouet

L’inconnu, l’incongru, le meilleur comme le pire est souvent au tournant de la page. Planche après planche, derrière un style faussement rétro et enfantin, Monsieur H. plonge son lecteur dans une histoire sans repère ni morale, simplement jouissive ! Sexe, cannibalisme, perversion et transgressions se succèdent comme si de rien n’était, ou presque. Au final, en y regardant, on se sentirait presque coupable d’avoir aimé ! Le titre est à réserver à un public averti (...) et dérangera (choquera ?) beaucoup, mais tel était sans doute l’un de ses propos.
Lire la suite

 
BoDoï par Benjamen Roure

Dans la vie, il ne faut pas avoir de préjugés. Pourquoi ne pas se lier d’amitié avec sa voisine délurée, qui porte des tenues provocantes et vous propose d’échanger d’appartement le temps d’une nuit? Pourquoi ne pas se délecter d’un bon civet de chair humaine? Pourquoi ne pas coucher avec un violeur, pédophile, psychopathe et cannibale, avant de le dénoncer à des tueurs? C’est vrai, ça, pourquoi?

Au placard les BD moralisatrices! À la trappe les bluettes insipides! (...)
Lire la suite

 
Mais à quoi donc ça ressemble ?