La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
Comment je ne suis pas devenu opiomane en Aghanistan, Kaboul Disco T.2
 
de WILD Nicolas
 
Novembre 2008
 
cliquez ici pour voir en grand

Dessin :
    
WILD Nicolas

Scénario :
     WILD Nicolas

Pages : 176
brochée
Prix : 17 €
Collection : Contre-coeur

EAN : 9782849530542
ISBN : 978-2-84953-054-2
NUART : 105338


Amazon
Bd Net
Fnac
BDFugue

L'histoire...
Après de brèves vacances passées dans son Alsace natale (le temps de boire quelques bières), Nicolas est de retour en Afghanistan, pour un nouveau contrat à l’agence de communication Zendagui.
La Constitution Afghane désormais illustrée en bande dessinée (voir le tome 1), Nicolas doit oeuvrer à une campagne de communication pour la lutte contre l’opium. Le slogan à illustrer, particulièrement original, est : « L’Opium, c’est mal »…
Devenu seul auteur de BD (son collègue est parti) d’un pays auquel il s’attache de plus en plus, Nicolas continue de mener sa drôle d’existence d’expatrié dans un Kaboul moins pacifié qu’on ne pourrait l’espérer.
Un regard de faux naïf, ironique et pertinent sur les réalités d’un pays, dont l’instabilité va croître au fur et à mesure du récit.
 
Revue de presse
 
France Inter - Les Affranchis par

Un coup de coeur (...). Très très bien, très drôle, beaucoup plus déjanté que Guy Delisle.

 
Page des libraires par

Avec un regard faussement naif, l'auteur décrit les réalités d'une Afghanistan bien mis à mal.

 
Blog du journal Sud Ouest par Philippe Belhache

Et heureusement, des amitiés solides et un restaurant européen en forme d’Eden préservé. Rien ne manque pour meubler cette bulle apparemment étanche, univers parallèle à un Afghanistan meurtri par les conflits. La réalité du pays y est cependant dévoilée par touches successives. Elle rattrape finalement les protagonistes, heureusement sans dégâts, grâce à l’intervention des habitants eux-mêmes. Une population pour laquelle Wild laisse apparaître une véritable tendresse via les contacts avec des collègues du cru. Retenons au passage ce slogan édifiant, d’une rare originalité, imposé aux créatifs pour une campagne anti-drogue en Afghanistan : « L’opium, c’est mal ». A méditer…
Lire la suite

 
Wartmag.com par JK

Comme d’habitude, Nicolas Wild en profite pour tordre le coup subtilement à un tas d’idées reçues, sur les afghans d’abord, qui pour certains n’hésitent pas à mettre leur vie en jeu pour protéger les Occidentaux durant les plus sévères émeutes qui frappent le pays. Un quotidien fait de violences partagées avec des moments de joie et de rire, comme le montre l’auteur sur près de 180 pages. De la BD reportage instructive, drôle, autobiographique et très franchement réussie. Vivement le prochain bouquin, marqué par un voyage en Iran ?
Lire la suite

 
Zoo par Wayne

Cet album offre un pertinent complément à des oeuvres plus difficiles comme Le Photographe de Guibert, Lefèvre et Lemercier. Il y a un peu de Satrapi et beaucoup de Delisle dans ce cocktail entre carnet de voyage et récit autobiographique, dans lequel le lecteur n’aura aucun mal à se plonger, tant l’approche personnelle et ouverte, le rend immédiatement sympathique, acessible, et de ce fait diablement efficace.

 
BD Gest' par Laurent Gianati

Il y a un peu de nostalgie quand on referme un ouvrage de ce calibre, un brin de spleen à l'idée de quitter de vieux potes, sans avoir l'assurance de les revoir un jour. Néanmoins, deux mots inscrits en dernière page permettront de patienter jusqu'au prochain départ, d'espérer être, une fois de plus, le témoin privilégié d'une aventure humaine extraordinaire racontée de fort belle manière : "à suivre...".
Lire la suite

 
Onirik par Damien Dhondt

Ce second tome s’avère une synthèse assez réussie de descriptions cocasses et de manuel de survie dans un contexte de guerre urbaine.
Lire la suite

 
Le Quotidien (Luxembourg) par Pablo Chimienti

Ce qui pourrait n'être qu'un récit amer et triste étonne car c'est avec beaucoup d'humourque le narrateur raconte ces anecdotes vécues avec ses collègues et avec la population locale. Cet album, comme déjà le tome 1 avant lui, est ce qui se fait de mieux dans le monde de la BD actuelle. Et il fait clairement partie de mon top 10 dans la liste des meilleurs albums de 2008.

 
L@BD par

On apprend beaucoup de choses à la lecture de « Kaboul disco » et d’abord que dans les pays en guerre on a besoin non seulement d’ONG humanitaires, médicales ou journalistiques, mais aussi d’une aide en auteurs de bande dessinée. Et cet humanitaire du neuvième art malgré lui qu’est Nicolas Wild tient en retour un carnet de voyage au ton décalé fort instructif à l’instar de ceux de Guy Delisle ou de Ted Rall, l’auteur de Passage afghan déjà édité à « La boîte à bulles ». Avec beaucoup d’humour, l’auteur décrit l’Afghanistan qu’il découvre loin des stéréotypes véhiculés par les médias : des humanitaires désabusés vivant entre eux aux rares contacts avec des Afghans prisonniers de conflits qui les dépassent. La force des carnets de voyage en BD est de faire partager une expérience vécue directement avec celui qui la vit, avec ses yeux et ses commentaires. La BD devient un média indispensable pour connaître le monde, en Afghanistan et ailleurs.
Lire la suite

 
Planète BD par Mickaël Géreaume

Le ton léger du début devient un peu plus sérieux et montre comment la situation peut rapidement dégénérer. L’humour est heureusement omniprésent. (...) Plus qu’un documentaire déguisé en bande dessinée, Nicolas Wild, tel un pédagogue, nous fait partager une vision inédite et salvatrice d’un pays trop méconnu pour nous, les occidentaux. Un second volet meilleur que son prédécesseur, indispensable donc. Qui a dit que les voyages formaient la jeunesse ?
Lire la suite

 
Bakchich.info par Maïté Labat

Quand ils ne travaillent pas, les expat’ se retrouvent à « La Joie de vivre », repère pour frenchies et autres occidentaux qui rêvent « d’un bon bœuf bourguignon ». Outre la vie de cette « poignée d’irréductibles gaulois », le dessinateur français, en fin observateur, raconte en images la réalité afghane.
Lire la suite

 
ActuaBD par

Ce second opus a des accents parfois plus dramatiques : les émeutes évoquées en fin d’album happent le lecteur avec frissons d’effroi inclus. Se baladant graphiquement entre Satrapi et Sattouf, Nicolas Wild se montre toujours efficace dans son propos. Et nous propose avec la même qualité un manuel de géopolitique emballé dans des illustrations aux rondeurs séduisantes.
Lire la suite

 
Oui FM par Philippe Audoin

Un quotidien insolite, tellement bien rendu qu'on a l'impression, nous aussi, d'avoir vécu cet exil afghan avec lui et son équipe composée quand même de sacrés allumés de la vie.
Lire la suite

 
BDSelection.com par Jean-Baptiste

L’ album à la fois drôlissime (Ah ! Felippé et son intérim à la tête de la sécurité !) et captivant (l’émeute d’une partie des habitants de Kaboul racontée sous plusieurs angles) est une véritable petite pépite dont la lecture ne peut donner qu’envie de vivre une telle aventure. On en sort comme on atterrit à Roissy. Un peu triste, nostalgique de moments forts et jurant qu’à la prochaine occasion, on y retourne…
Lire la suite

 
France Inter, Alternatives par Anne & Julien

Deux super raisons de me réjouir avec cet album : d'abord, j'avais adoré le tome 1 mais je n'avais pas eu le temps d'en parler sauf en presse écrite, je suis donc super contente que le tome 2 soit à la hauteur du précédent.
Ensuite, ça fait bien deux ans que tout ce qui est carnet de voyage, carnet de bordn ça commence à me fatiguer parce que les auteurs s'installent dans une réflexion intello machin que j'ai pas envie de lire. Ou alors ils tombent dans un cadre un peu moralisateur finalement qui est tout à fait ennuyeux.
Et puis l'art de raconter de façon très aventureuse et imaginative ses voyages en bande dessinée, c'est pas évident et cest rare de trouver une bonne BD comme cela. Or, Kaboul Disco, on est vraiment dedans.

(...) On est tout sauf dans l'humanitaire, on est dans un monde d'expatriés. (...) On apprend des choses mais ce qui est vraiment, vraiment drôle, c'est son quotidien. (...) Kaboul, c'est vraiment Kaboul Disco, c'est à dire que malgré tout le contexte sociopolitique, Kaboul reste en toile de fond : même si on apprend des choses sur la politique et la vie quoidienne des gens, ce n'est pas ça qui fait vraiment le coeur et la flamme de l'album.

 
Arte par Christophe Brunella

Comment faire rire de son expérience dans un pays en guerre ? C'est le pari invraisemblable et réussi de Nicolas Wild avec Kaboul Disco, tome 2.
Kaboul Disco, ça n'est pas une boîte de nuit perdue dans la vallée du Panchir mais la suite des aventures de ce desinateur qui travaille dans une agence de comm' dans cet Afghanistan en reconstruction.
C'est grinçant, ironique et pertinent à la fois; et ça a le mérite de rappeler aux hommes une de leurs qualités communes : celle d'être dérisoires.

 
Association des Documentalistes de Guadeloupe par

Retenu dans la Sélection du Prix BD Lycée 2009 de Guadeloupe
Lire la suite

 
Bulle d'encre par Nicolas Raduget

Après un premier tome hilarant, divertissant et instructif, fort bien résumé d’ailleurs en début d’ouvrage, l’auteur rééditera-t-il l’exploit avec cet opus ? Réponse après cette page de pu… heu, tout de suite. (...)Levons rapidement le voile, les éléments qui ont fait la force du premier album sont toujours présents. Cette faculté qu’a l’auteur à aborder des événements pas toujours marrants sur un ton décalé et drôle fait mouche et bouscule pas mal d’idées reçues. (...) Un cadeau idéal, à déposer sous le sapin et ses Kaboul de Noël.
Lire la suite

 
Comic Strip par

Récit de voyage brûlant d'actualité : l'auteur rempile en Afghanistan, employé à diussuader le "Quatrième pays le plus pauvre de la planète" de continuer à produire de l'opium...

 
France Info par Jean-Christophe Ogier

Nicolas Wild continue de nous raconter sa vie de salarié d’une agence de com en… Afghanistan. Le récit autobiographique montre le décalage entre la vie du jeune expatrié, la situation sur place et ce qu’en disent les médias. (sélection Prix France Info)

 
Epicure, le mag de la vie étudiante par Fabien Cluzel

La suite des "aventures" du graphiste Nicolas au sein d'une agence de com à Kaboul tient les promesses du déjà apprécié premier tome. (...) Le regard posé sur un drame qui ne dit pas son nom est délicieusement ironique, à la fois désabusé, inquiet voire angoissé, tendre mais aussi drôle et réaliste. Ce faisant, il nous apprend plus sur la situation que les documentaires chiants ou les reportages sensationnalo-voyeuristes des JT.

 
Les échos de Brüsel par Reynold

La vie quotidienne en Afghanistan, ce n’est pas banal ni sans danger pour un occidental mais c’est aussi parfois bien différent de ce que pensent les occidentaux gavés de journaux télévisés et d’articles de presse alarmants. Son regard a donné naissance aux titres ironiques de ses deux livres : Comment je ne me suis pas fait kidnapper en Afghanistan et Comment je ne suis pas devenu opiomane en Afghanistan… tout un programme ! Sous le couvert d’une certaine naïveté, il va se poser en véritable spécialiste de la vie d’un expatrié dans un pays dangereux.

 
Canal Plus par

C'est très très bien parce que le type, il a trouvé la bonne distance, tout est question de distance. Il a une espèce de décalage marrant mais qui est la bonne distance pour parler de la vie quotidienne, il ne dramatise pas parce qu'il fait des choses au jour le jour, il a des discussions sur les talibans... Ca, c'est aussi formidable et c'est à La Boîte à Bulles.

 
Med in Marseille par Anne-Aurélie Morell

Dans la veine des « BD reporters » (Lefèvre, Delisle, à qui on le compare souvent), mais avec sa propre sensibilité, influencé par le cinéma et l’humour so british, Nicolas Wild photographie avec justesse l’ordinaire d’une des réalités vécues par cette « capitale en crise ». Il a d’ailleurs été pressenti pour le Prix BD Reportage de France Info (qu’il n’obtiendra finalement pas).
Lire la suite

 
Le Messager par Patricia Rohner-Hégé

Comme souvent, une histoire bien racontée (...) nous en apprend plus qu'un commentaire journalistique réducteur du 20h. L'expatrié tantôt insouciant, tantôt angoissé, a le dessin léger, les bulles claires et l'humour décalé. Intelligent et vraiment très drôle.

 
Afghanistan Info par Micheline Centlivres-Demont

Tout ce que vous avez voulu savoir sur les 'expats' et les ONG et vous n'avez pas osé le demander, vous allez le trouver dans ces deux bandes dessinées de Nicolas Wild [...] vous en apprendrez aussi beaucoup sur l'Afghanistan d'aujourd'hui [...]

 
Mais à quoi donc ça ressemble ?