La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
Hautes Oeuvres - Petit Traité d’humanisme à la française, Le Musée insolite de Limul Goma T.1
 
de HUREAU Simon
 
Juin 2008
 
cliquez ici pour voir en grand

Dessin :
    
HUREAU Simon

Scénario :
     HUREAU Simon

Pages : 56
Broché
Prix : 13.5 €
Collection : Contre-pied

EAN : 9782849530597
ISBN : 978-2-84953-059-7
NUART : 104166


Amazon
Bd Net
Fnac
BDFugue

L'histoire...
(Version noir & blanc)

En 1757, dans la jolie ville de Paris, Charles-Henri Sanson est effondré : bourreau de son état, il ne se remet pas du cauchemar qu’il a vécu la veille. Alors qu’il devait torturer et mettre à mort Damiens, un présumé régicide, les événements se sont ligués contre lui : son oncle intoxiqué par la fumée lui cède la peu enviable place pour officier aux tenailles et surtout l’écartèlement par les chevaux tourne à la catastrophe, le corps refusant de céder…

Sur la place, le bon peuple, assiste, enthousiaste pour la plupart, à cette exécution pleine de sang et de rebondissements. Les nobles, du haut de leur appartement, marient le plaisir du libertinage à celui de contempler ce spectacle des plus gores…

Une histoire d’autant plus édifiante qu’elle est historique… Et que Sanson deviendra quelques années plus tard le véritable régicide, celui qui guillotinera Louis XVI et Marie-Antoinette.



 
Revue de presse
 
sceneario.com par Sbuoro

Avec ces Hautes Oeuvres, Simon Hureau nous invite à une leçon d'histoire authentique doublée d'une bonne tranche de rigolade. "Apprendre autrement", comme qui dirait !!! Et s'il réussit autant à captiver le lecteur, c'est parce que sa narration est excellente, parce qu'elle est multiple. (...)
Les autres atouts de cette bande dessinée sont le dessin, qui, en noir et blanc, partage équitablement les planches avec les textes qui sont eux, pour diverses raisons, très humoristiques. (...)
Mais bon, en un mot, c'est complet, intéressant, génial !

Hautes Oeuvres, un coup de coeur... et tout ça grâce à un coup de couteau ! A découvrir absolument !!!
Lire la suite

 
BoDoï par Pascal Paillardet

Revendiquant une rigueur historique, son récit joliment illustré d'un trait délié, nous accompagne au coeur de cette boucherie, jusqu'à l'invention d'un "tranche-têtes" des plus sophistiqués : la guillotine.

 
ActuaBD par Didier Pasamonik

Ici, Hureau s’attaque à la mémoire de Charles-Henri Sanson, « exécuteur des Hautes Œuvres » (bourreau) de Paris, un personnage considérable qui vit défiler sur son échafaud rien moins que Louis XVI, Marie-Antoinette, Danton ou Robespierre. Ce charmant garçon avait tenu un cahier pendant la Révolution et son petit-fils en établit les mémoires. Cela donne l’occasion à Hureau de nous conter, dans une version très décalée, la chronique drolatique du crépuscule de l’Ancien régime et de ses horreurs jetées en pâture au bon peuple qui s’en repaissait avec frisson.

L’horreur comme friandise, tel est le point de vue de Hureau sur cette histoire (...). Si le graphisme est inventif et sans façon, la narration est quant à elle élégante et sophistiquée, pleine d’esprit comme au Grand Siècle.
Lire la suite

 
PlaneteBD.com par Mickaël Géreaume

Simon Hureau est un auteur surprenant. Il adapte ici les mémoires de Charles-Henri Sanson, un bourreau ayant vu défiler le gratin du XVIIIe siècle, dans son style graphique caractéristique. (...) Un titre drôle, prenant et parfois éprouvant.
Lire la suite

 
20 Minutes par Olivier Mimran

Sous-titré « Petit traité d’humanisme à la française », le récit raconte – par le détail – la mise à mort, en 1757, d’un présumé régicide nommé Damiens. Brûlures, tenaillements, écartèlement, aucun épouvantable traitement n’est oublié. L’auteur (...) en profite pour dresser un tableau peu flatteur des mœurs de l’époque : les différents épisodes d’un supplice terriblement long alternent avec des portraits de curieux venus assister à l’affreux spectacle. (...)

L’album est admirable de justesse et de sobriété, rigoureux, mais pas dépourvu d’humour, malgré l’extrême gravité du sujet. En fin de lecture, on se réjouit qu’il n’ait été imprimé qu’en noir et blanc. Eu égard aux quantités de sang répandues dans ses pages.
Lire la suite

 
BD Gest' par C. Constant

Hautes Œuvres, Petit traité d’humanisme à la Française impressionne par la cohérence et le niveau de qualité qui émanent de l’ensemble. Choisir de traiter, en s’appuyant sur des faits historiques, un sujet mêlant, au sein d’un même album, une description détaillée d’un écartèlement et la restitution d’une ambiance festive et libertine, sans que la fluidité de la narration puisse en souffrir, relevait du pur exercice de style. Le résultat, plus que convaincant, brillant, hisse l’ouvrage au rang d’indispensable !
Lire la suite

 
SFMag par Damien Dhondt

Parmi la foule nombreuse, on trouve un étudiant en droit auquel ses professeurs ont recommandé des "sorties pédagogiques", le divin marquis de Sade,le docteur Guillotin et la future comtesse du Barry.
Tout ce petit monde spécule,disserte,ou se livre à des activités que l'honnêteté et la décence m'interdisent de préciser d'avantage.

 
Kroniks par Cruchot

Sous une couverture austère se cache donc un bien beau livre chaudement recommandé (à un public averti quand même) auquel vous repenserez la prochaine fois que vous ralentirez en voiture pour voir l’accident.
Lire la suite

 
France Info par Jean-Christophe Ogier

Sur une cinquantaine de pages, Simon Hureau, jeune maître du 9ème art, joue avec esprit et malice de l’horreur de ce supplice, du naturel confondant avec lequel la société de l’époque l’acceptait et des changements dont il sera tout de même porteur.

(...) L’époque est tout autant cruelle que libertine. Ici, l’on torture, là l’on fornique. L’on discute aussi, fort bien, des idées nouvelles, celles des Lumières. Hureau passe de l’un à l’autre avec légèreté. Son trait ne manque pas d’humour et se permet des compositions, un travail sur les trognes qui rendent grâce au grand Honoré Daumier.
Lire la suite

 
BDSelection.com par Cédric

Cette nouvelle BD de Simon Hureau, publiée par La boîte à bulles est un nouveau plaisir. Le récit est savoureusement bien construit grâce au recours à plusieurs narrateurs. L'exécution de Damiens sert de point de départ d'anecdotes, d'aventures sentimentales et d'une peinture des moeurs de l'époque. Et pour apprécier encore davantage Hautes œuvres, sachez que l'histoire et - la plupart - des précisions sont réelles. Le graphisme et le noir et blanc sans détour finiraient de convaincre les plus réticents.
Lire la suite

 
Les buveurs d'encre par Juliette

Entrez dans ce cabinet de curiosités d’un genre particulier et écoutez le récit de Samson, bourreau, de sa victime, Damiens qui tenta de tuer Louis XV en 1757, et de leur public. Un récit cruel relevé par un dessin raffiné, au charme sadien !
Lire la suite

 
BD Gest' par Jerry Frissen

j'ai lu un petit chef d'œuvre. Ça n'arrive pas si souvent alors autant le signaler. C'est Romuald Reutimann qui m'avait conseillé de lire HAUTES ŒUVRES de Simon Hache. Je n'ai pas été déçu, c'est une baffe dans la gueule comme il y en a trop peu.
Lire la suite

 
L'Avis des bulles par Emmanuelle Pignard-Péguet

Ce mélange de débauche et de mort en public pourra écoeurer mais il faut bien reconnaître que ce récit paraît plus vrai que nature et qu’à ce titre, il est tout à la fois choquant et digne d’intérêt. Qui plus est, le choix de la narration par celui qui tient l’instrument de torture, dégoûté de lui-même et de son métier, rajoute au grotesque et à l’abomination de la situation. (...) Cet album ne risque donc pas de laisser indifférent et s’il est à conseiller pour certains, il pourrait bien être à éviter pour d’autres!

 
Zoo par Kamil Plejwaltzsky

L'auteur prétexte cet événement tragique pour entamer une réflexion contemporaine sur la société du spectacle en opposant les raisons du geste de Damiens qui relèvent de l'information, au supplice du malheureux qui devient une représentation monstrueuse.

Le lecteur ne manquera pas de discerner les nombreuses similitudes entre le dix-huitième siècle de Damiens et notre époque qui s'abandonne dans la débauche médiatique. En ce sens, Hautes ouvres relève de l'attentat.

 
Du9 par Loleck

Donnant à voir le supplice pour mieux mettre en valeur ses spectateurs, Hautes Œuvres est un drôle de livre à tiroirs, enchâssant des histoires dans l’histoire, multipliant les récitants et les manières de raconter, pénétrant les maisons et sondant les cœurs par le moyen de ces récits qui se font écho. C’est un livre sur ce qui fait l’histoire, la bonne histoire, l’histoire qui vaut d’être racontée, collectée, archivée et parfois ressortie avec précaution.
Lire la suite

 
Canal BD par Librairie BD Flash (Chartres)

Malgré l'horreur du récit, d'autant plus glaçant qu'il est authentique, le ton résolument sarcastique de Simon Hureau fait de cet album un chef d'oeuvre d'humour ! prêtant la narration à un collectionneur cynique, l'auteur réussit la gageure de nous expliquer dans la bonne humeur un supplice horrible. Truffé d'anecdotes historiques, ce one-shot est aussi un clin d'oeil moqueur : quelques années plus tard, Masson sera le bourreau de Louis XVI...

 
L@BD par

Sous-titré Petit traité d'humanisme à la Française, l'ouvrage de Simon Hache (Simon Hureau) est d'une originalité incontestable : le thème historique traité est en soi peu banal, mais l'humour noir qu'il adopte tant du point de vue de la narration que du graphisme en fait surtout un récit parfaitement maîtrisé et particulièrement accablant. L'horreur qui s'en dégage est totale. Hureau s'attaque certes à la peine de mort, mais plus encore à une société du spectacle qui médiatise avec un détachement de comptable (l'audimat !) la barbarie dans tous ses états.(coup de coeur)
Lire la suite

 
Onirik par Damien Dhondt

L’ironie de l’Histoire se joint à une présentation de l’époque. Il apparaît que la population possède en elle un fort potentiel d’homicide collectif. La maladresse de Damiens avec son arme renvoie à l’inexpérience de Sanson dans l’exécution de sa tâche. Quelques temps plus tard, les régicides et les exécuteurs disposeront d’un outil plus approprié : la guillotine !
Lire la suite

 
DBD par Olivier Mimram

Sous-titré « petit traité d’humanisme », le récit d’Hureau (qui signe ici facétieusement Simon Hache) dresse un tableau peu flatteur des moeurs de l’époque : les curieux qui assistent au terrible spectacle, indigents comme aristos, en semblent tout « émoustillés ». Ainsi, aux marginales manifestations de réprobation s’opposent de nombreuses scènes de relations charnelles. La mort stimule la vie, et tout le talent d’Hureau consiste à en rendre compte avec autant d’humour que de sobriété…

 
chezmo.wordpress.com par Mo

Petite uchronie que cet album OVNI nous propose. Un moyen de revisiter cet épisode de l’Histoire de France sous un regard complètement déjanté.
Les cases ne cloisonnent pas le récit, les personnages évoluent librement du fait de cette mise en page originale qui rend l’ensemble très vivant.
(...) Des passages assez gores s’immiscent ça et là et dépeignent parfaitement l’effet que cette pénible exécution a sur l’ensemble des protagonistes. On ressent la curiosité malsaine et l’amusement de certain, l’écœurement ou la stupéfaction des autres.
Le ton humoristique teint de sarcasme donne une odeur de stupre et un air de dédain à la noblesse pendant que les gens du peuple sentent le graillon et la transpiration. Un peuple de débauche et friand de curiosité malsaine mais sur ce point, nous leur ressemblons assez…
Lire la suite

 
BDZoom par Didier Quella-Guyot

Un premier récit étonnant mettant déjà en scène « Le musée insolite de Limul Goma »
Sous-titré « Petit traité d’humanisme à la Française », l’album était déjà d’une originalité incontestable et l‘auteur y faisait aussi preuve d’humour noir. Hureau s’attaquait certes à la peine de mort, mais plus encore à une société du spectacle qui médiatise avec un détachement de comptable (l’audimat !) la barbarie dans tous ses états.
Lire la suite

 
Mais à quoi donc ça ressemble ?