La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
Petites hontes enfantines, Petites Hontes enfantines
 
de MATTIUSSI Laureline
 
Septembre 2006
 
cliquez ici pour voir en grand

Dessin :
    
MATTIUSSI Laureline

Scénario :
     MATTIUSSI Laureline

Pages : 64
brochée à rabats
Prix : 13 €
Collection : Contre-jour

EAN : 9782849530399
ISBN : 9782849530399
NUART : 87588


Amazon
Bd Net
Fnac
BDFugue

L'histoire...
Une fillette habillée en ange pour une fête. Elle est ravie. Mais une envie pressante le tenaille : elle se précipite entre deux voitures et urine comme un diable sur ses socquettes blanches, puis repart précipitamment, sa jupe coincée dans le slip.

Un petit garçon qui va à la piscine. On lui intime l’ordre de porter le dernier bonnet de bain disponible : une charlotte à fleurs, bariolée, ridicule, qui provoque le rire cruel des nageurs.

Une autre accompagne son père au supermarché. C’est un farfelu à l’humour débridé, qui, habillé en clochard, malmène la morne progression des clients en rugissant des airs d’opéra…


Avec un dessin élégant et une pudeur enjouée, Laureline Mattiussi nous conte ces petits moments de honte – apparemment sans importance, ni conséquence- qui parsèment notre enfance … et nous marquent à vie. Des hontes légères et dérisoires derrière lesquelles se cachent pourtant des silences graves et de cruels instants de solitude.

Un ouvrage où les adultes goûteront à des réminiscences d’enfance. Et qui permettra aux enfants de découvrir ce qu’est un roman graphique.
 
Revue de presse
 
Sceneario.com par Patatrak

Qui ne s’est jamais retrouvé face à l’une de ces situations que nous décrit Laureline Mattiussi ? Pas grand monde je pense…

Ces petites hontes enfantines sont présentées sous forme d'historiettes mettant en scène un enfant et une situation.
Honte de nous-mêmes ou de notre entourage, Laureline Mattiussi décrit avec une certaine tendresse ces petits moments de solitude, lorsqu’on a l’impression d’être bien seul au monde, d’être l’attention de tout le monde alors qu’on souhaiterait au contraire être à mille lieues de là.
J’aime assez le dessin, avec des bouilles bien rondes, des yeux rieurs, moqueurs, cruels… Les petites tâches sur les joues soulignent tantôt la gêne, tantôt la colère. Très bon rendu !
Les scenarii sont évidemment à la fois drôles parce qu’on se reconnaît tous dans l’un ou l’autre de ces gamins ; et grinçants, car on n’aimerait vraiment pas être à leur place.

Ce petit livre est donc très frais dans son contenu ; il conviendra à la fois aux enfants pour leur faire découvrir un autre style de BD et à un public plus adulte qui forcément s’identifiera peu ou prou dans l’une de ces histoires.
Lire la suite

 
Suprême dimension par Frédérique Pelletier

Petites hontes enfantines nous renvoie avec effroi à ces grands moments de solitude qui ont malheureusement traversé l'enfance de chacun d'entre nous. Avec un dessin vif tantôt espiègle, tantôt inquiétant, la jeune Laureline Mattiussi souligne combien le regard des autres est primordial dans les cours de récré.

 
BDSelection.com par Jean-Baptiste

Le dessin, au trait volontairement appuyé, noir et blanc absolu, simple et minimal comme celui de l’enfant, le découpage, carré, strict (6 cases par planche pour la plupart des histoires), une écriture à la première personne, sont les structures d’un système narratif qui joue la fluidité, et privilégie la situation plutôt que le verbe.

L'exception, car il en faut bien une, vient de trois petites nouvelles illustrées, qui nous rappellent que Mademoiselle Mattiussi sait aussi écrire, mais aussi et surtout, qui servent à rythmer et à lier la lecture globale de l’ouvrage. Car c’est une lecture globale qu’il faut envisager ici, chaque histoire fait partie d’un tout poétique, et perd de sa saveur quand elle est lue à part. Une saveur particulière, à la fois acide, sucré et amère. Une saveur qui nous rappelle les difficultés de vivre cet âge. Une saveur qui nous rappelle le bonheur de vivre cet âge.
Lire la suite

 
Krinein.com par Gallu

Le sujet est bien trouvé, et la façon dont Laureline Mattiussi le traite est encore plus réjouissante. L'album est en noir et blanc, notre dessinatrice possède un univers graphique tout à fait remarquable, avec un trait noir très gras et tremblant, une espèce de ligne crade. Appréciables aussi, les visages, aussi expressifs que non académiques (variantes importantes dans la manière de dessiner les yeux, sourires carnassiers, rires pantagruéliques...). Les planches sont souvent agencées en gaufrier (trois lignes de deux cases), avec parfois des histoires écrites et illustrées, plutôt que dessinées. L'album est composé de plusieurs petites histoires, toutes très dynamiques et dans un même ton humoristique.

Petites hontes enfantines est l'un de ces rares albums capables de vous faire vous remémorer des instants intenses de votre enfance, parfois volontairement enfouis... Des hontes à teneur universelle.
Lire la suite

 
La Revue des livres pour enfants par C. T.

Composé de courtes histoires en noir et blanc, ce premier recueil de bandes dessinées d'une jeune auteur met en scène les petits drames de l'enfance, des situations qui s'annoncent souvent comme une occasion de fête (...) mais qui se terminent en un fiasco qui hantera longtemps la mémoire. Claudine, Matthieu, Thomas, Nadette... le lecteur pourra retrouver dans le vécu de ces enfants raconté avec justesse et drôlerie ses petites hontes personnelles.

 
Chez Mo - Bar à BD #14 Sept 2011 par Mo'

Petites Hontes enfantines est un album surprenant. Tout d’abord parce que pour un premier album d’auteur, je le trouve assez abouti.

(...) Le trait est rond, disgracieux et nerveux. Les personnages sont expressifs et l’ambiance est sombre (parfois trop). L’auteure joue avec les proportions et les angles de vue pour renforcer le comique de situation. (...)

Un album sans concessions mais même si les situations sont cruelles, on en sourit forcément !
Lire la suite

 
Mais à quoi donc ça ressemble ?