La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
Promesses et illusions, The Birthday Riots
 
de KANAN Nabiel
 
Mars 2005
 
cliquez ici pour voir en grand

Dessin :
    
KANAN Nabiel

Scénario :
     KANAN Nabiel

Pages : 64
brochée à rabats
Prix : 13 €
Collection : Contre-jour

EAN : 9782849530184
ISBN : 9782849530184
NUART : 81148


Amazon
Bd Net
Fnac
BDFugue

L'histoire...
Max Collins s’est lancé dans une carrière politique par conviction, marié par amour. Il a tout ce qu’il faudrait pour être heureux : il travaille pour l’homme qui devrait, prochainement, devenir le maire de Londres, a fondé une famille modèle. Mais, à l’occasion du quinzième anniversaire de sa fille, d’un soulèvement social, vont revenir à sa mémoire toutes ces compromissions, ces petites trahisons qui lui ont fait oublier ce en quoi il croyait lorsqu’il était lui-même adolescent puis étudiant.

Un dessin dépouillé et élégant, une narration fluide, des regards qui en disent davantage que les mots, Birthday Riots est une chronique douce amère sur la quarantaine, l’adolescence et les illusions perdues…
 
Revue de presse
 
Bédéka par Zebeuyek

Plus détaillé que dans Fille Perdue, le style de Kanan reste simple avec des décors sans fioriture qui laissent une place prépondérante aux dialogues et aux expressions faciales. En quelques traits, les visages laissent ainsi apparaître l’ineffable. Ce qui n’a pas besoin d’être dit, l’auteur l’exprime au travers des expressions faciales de ces personnages et crée ainsi une complicité avec le lecteur. Saisir le banal et l’ordinaire pour le rendre captivant voilà qui n’est pas commun. En ce sens, cette bande dessinée n’est pas une expérience comme les autres et mérite bien que l’on s’y attarde un peu.

 
Brouillon de culture (89,1 mf - Québec) par A.

Quelle belle découverte ! Un récit sensible, humain et superbement mené. Merci ! Merci !

 
DBD par Frédéric Bosser

Ce Birthday Riots est de très bonne facture. Une homme, au service d'un personnage politique, se retrouve malgré lui en pleine tourmente électorale car un camp de tzigane, installé près de chez lui, réclame le droit de vivre en totale liberté. Nabiel Kanan signe là un album très personnel mêlant sentiments et problèmes de société.

 
BDnet par Laurent Mélikian

En pleine campagne électorale, un conseiller en politique britannique se remémore ses illusions de jeunesse alors que sa fille profite d'un mouvement de revendication des gens du voyage pour s'enfuir. Une fable sociale dans la veine du nouveau cinéma d'outre Manche.

 
Bo Doï par Hélène Beney

Ce très bon moment de lecture fait une petite incision dans notre morale politique et trouble d’autant plus par son dessin clair et précis. A ne pas rater si vous êtes amateur de graphic novels.

 
Le Collectionneur de bandes dessinées par Dominique Petitfaux

Le Thème du pouvoir qui corrompt et fait renoncer à ses idéaux de jeunesse a donné lieu à de belles œuvres (comme, dans le théâtre français, « Lorenzaccio » de Musset ou « Les Mains sales » de Sartre). Ici, c’est Nabiel Kanan, une jeune auteur britannique, qui, par le biais d’un récit sur une campagne électorale pour conquérir la mairie de Londres, illustre ce thème avec beaucoup de sensibilité.

 
L@ BD par anonyme

Coup de coeur. Au travers de ce personnage qui prend soudainement le temps de se retourner, c'est à une chronique d'abord douce-amère puis dramatique sur le temps qui passe et le caractère éphémère des certitudes adolescentes que nous invite l'auteur anglais Nabiel Kanan, déjà remarqué pour "Fille Perdue". Son graphisme sec et dépouillé ne manque ni d'efficacité ni d'élégance pour porter cette histoire à la fois ordinaire et émouvante.

 
Topo par Thibo Bérard

Rien que de très banal : un père de famille, promeneur du chien le dimanche et politicien en attaché-case la semaine, s’aperçoit au beau milieu d’une campagne électorale qu’il a tranquillement enterré une à une toutes ses convictions. Lorsque la dernière s’éteint, il se vide de lui-même. Chronique d’un suicide avoisinant la Rédemption. Le dessin : superposition fine de décors géométriques et de silhouettes longilignes. Epuré, mais jamais glacé, le dessin concentre l’émotion dans l’expression des visages.

 
BD Gest' par Flocon

De cette chronique réaliste et contemporaine au style simple et adapté (noir et blanc qui joue uniquement sur les trames, « gaufrier » ascétique en terme d’effets, personnages aux épaules basses qui font le plus souvent face à une caméra imaginaire) sourd une série de questions : Sommes-nous toujours rattrapés par nos erreurs passées ? Doit-on se sentir coupable d’avoir changé ?

 
Pages des libraires par Marion Courbe

Nabiel Kanan se fait plus bavard que dans son premier ouvrage, Fille Perdue, mais conserve son talent pour explorer l’intime. Avec pudeur, il brosse une relation père-fille faite d’amour, d’amertume et de déceptions. Tout en sensibilité, il dévoile la complexité des remises en question.

 
PlaneteBD.com par Jean-Bernard Vanier

Un récit au ton juste et subtilement construit.

...Le principe de narration qui distille avec parcimonie, mais à rythme constant, chacun des éléments donnant corps au récit, est redoutable d’efficacité. (...) Une très bonne surprise.
Lire la suite

 
Mais à quoi donc ça ressemble ?