La boite à bulles - librairie de bandes dessinées
Passage afghan
 
de RALL Ted
 
Septembre 2004
 
cliquez ici pour voir en grand

Dessin :
    
RALL Ted

Scénario :
     RALL Ted

Ecrivain :
    RALL Ted

Préface :
    PERRIN Jean-Pierre

Pages : 128
Broché à rabats
Prix : 14 €
Collection : Contre-coeur

EAN : 9782849530153
ISBN : 9782849530153
NUART : 79970


Amazon
Bd Net
Fnac
BDFugue

L'histoire...
Focalisés sur l’Irak, on ne parle plus guère de l’Afghanistan. Pourtant il reste beaucoup à dire… Sur les raisons profondes – et économiques – qui ont motivé les troupes américaines à attaquer leurs ex-alliés Taliban ; sur la façon dont les troupes ont mené leurs attaques ; sur la différence toute relative qui sépare Talibans honnis et Seigneurs de la guerre alliés des occidentaux. Ted Rall, grand spécialiste de la région a voulu se rendre compte par lui-même de la situation. Pour le magazine Village Voice, il est parti en reportage et nous livre son expérience. Pas seulement ce qui est télégénique mais sa vision des combats, ses conditions de travail ainsi que celles de ses confrères des grands réseaux, ses rencontres avec la population afghane, ses stupeurs et sa fuite devant l’insécurité générale.

Initialement publié aux Etats Unis, Passage Afghan (intitulé alors To Afghanistan and back) a touché à la fois le public et la presse. Mêlant reportage de guerre et récit intimiste, le livre regroupe à la fois les dessins d’humours, photos et chroniques parues dans le magazine américain Village Voice ainsi qu’une BD de 48 pages où l’auteur détaille au jour le jour son périple en zone de combats. Après Gorazde et Palestine de Joe Sacco, Rural d’Etienne Davodeau… un nouveau reportage en BD aussi instructif que saisissant.
 
Revue de presse
 
Canal BD par Olivier Maltret

Conçu, écrit et dessiné en 6 semaines, Passage afghan est un témoignage passionnant, qui n’est pas sans rappeler les travaux de Joe Sacco (Palestine, Gorazde). Rall est implacable dans la description de la situation générale (et de ses “collègues” de la presse internationale), mais aussi dans l’analyse de la politique de son pays… D’une densité et d’une richesse rares, ce livre se lit malgré tout aisément, grâce à sa qualité d’écriture et à l’ironie mordante qui enveloppe le récit.

 
BDparadisio.com par Thierry Belhache

Passage afghan se lit d'un coup, comme on prend une bonne claque. De celles qui vous font du bien, qui vous font revenir à la réalité après de longs mois d'un sommeil entretenu par une propagande bien réglée. Un indispensable, à ranger tout près du Photographe de Guibert et Lefebvre. Et jamais très loin de l'intégrale de Spiegelman.
Lire la suite

 
I-télé par Benjamin Riot

C'est peut être l’un des meilleurs reportages sur la guerre en Afghanistan.

 
L'Express par Gilles Médioni

Cette bédé de 48 pages au dessin bon enfant, sorte de journal des correspondants de guerre sous les bombardements, raconte les diktats de l’info, les soldats de l’Alliance du Nord et les chasseurs de dollars afghans. [Un] tableau saisissant, lucide et désenchanté du métier de grand reporter (…).

 
Agence France Presse par Marie-Pierre Larrivée

« La plus grande réussite des Etats-Unis en Afghanistan a consisté à remplacer le pire régime du monde par l’anarchie et le chaos, et d’augmenter sensiblement le mépris des musulmans envers des Américains qu’ils considéraient déjà comme de la racaille », affirme Ted Rall. « Sachez-le, pour le reste du monde, nous autres Américains, sommes des terroristes. »
Il dénonce aussi « corruption » et « sauvagerie » du côté afghan et bat en brèche « les idées reçues sur la liberté retrouvée après la chute des talibans. » « Les femmes portent toujours la burqa, la charia la plus radicale est toujours en vigueur, la nuit appartient aux bandes armées », dit-il.
Dans ses chroniques, mais surtout dans son reportage personnel en BD, l’auteur s’attaque également à la presse américaine et même européenne qui « a troqué la vérité au profit de l’accessibilité, propagé des mensonges, rapporté des conneries », dit-il.

 
Livres Hebdo par Fabrice Piault

Réalisé en six semaines, son récit en quarante-huit planches de BD constitue la part la plus intime d’un ouvrage dans lequel Ted Rall a regroupé dessins d’humour, photos et chroniques. Il y décrit sa vie quotidienne accidentée dans un pays où règnent désorganisation et corruption. Il y fait part sans fioritures de ses découvertes et de ses stupeurs, y compris devant l’attitude de ses compatriotes. Efficace.

 
France Info par Jean-Christophe Augier

Comment dessiner l’Afghanistan en guerre ? Journaliste et cartooniste indépendant, l’Américain Ted Rall a choisi de se rendre dans le pays au moment où, en 2001, les Etats Unis ont lancé une campagne de bombardements massifs en Afghanistan. Son Passage afghan regroupe les dessins d’humour, les photos, les chroniques initialement parues dans le Village Voice ainsi qu’une BD autobiographique de 48 pages. Jean-Pierre Perrin, grand reporter à Libération qui signe la préface de l’édition française, note que Ted Rall est sans doute le seul journaliste à ne jamais s’attarder dans ses textes et croquis sur l’extrême grandeur des paysages et leur sévère beauté. « Ici la guerre n’est jamais exotique, elle est brutale et impitoyable et personne n’a le beau rôle. Pas de bons, que des méchants. »

 
BDZoom.com par Gilles Ratier

C'est sous forme d'un pamphlet anti-Bush de 48 pages (composées de quatre ou six images), agrémenté de dessins d'humour, de photos et de chroniques, que le journaliste américain Ted Rall a finalement rendu sa copie : compte-rendu de son voyage en Afghanistan en novembre 2001 pour le compte du magazine new-yorkais Village Voice. N'épargnant ni les troupes américaines ni les Talibans et les afghans en général tout en axant son discours sur la désorganisation et la corruption régnant dans ce pays, l'auteur y décrit ses conditions de travail et sa peur devant ce qui va l’amener à fuir cette région : l’insécurité générale… Intéressant !
Lire la suite

 
Le Point par Christophe Ono-dit-Diot

Rall ne nous épargne rien. « Presque tous les reportages étaient entachés du péché mortel de mensonge par omission », assène-t-il dans une postface amère à ses 48 planches mordantes sous leur air enfantin. Un reportage dessiné que ses confrères ont pris comme une gifle. Mais une gifle, ça réveille, et ça aussi, ça manquait chez Tintin.
Lire la suite

 
France Inter, le journal par Corinne Audouin

Le témoignage est passionnant, car Ted Rall dit tout: les conditions de travail épouvantables, la peur des bombes et des voyous prêt à vous égorger; mais aussi le racket permanent, les méthodes douteuses de certains confrères, et l'ennui. Oui, car comme l'écrit Ted Rall avec l'ironie mordante qui fait le sel de son témoignage: "j'étais dans le pays le plus dangereux du monde, pendant la guerre, sur le front: et je m'emmerdais". Ted Rall raconte comment, pour tromper l'attente et l'absence d'images, les équipes de télévision américaines offrent à l'alliance du nord 250 dollars pour tirer un obus. Pour enlever sa burqa 5 minutes devant les caméras, c'est 200 dollars. "Le public américain voulait voir la libération de l'Afghanistan, on la lui a montrée", écrit Ted rall. Tant pis si la réalité est bien plus cynique, et si parmi les libérateurs de l'alliance du nord se trouvent beaucoup d'anciens talibans rasés de frais. Le tableau est cauchemardesque, l'espoir difficile à lire dans cette chronique enragée. Pourtant la force du livre tient au sentiment de vérité qui s'en dégage. Sur les traces de ce reporter qui démystifie la figure du journaliste de guerre, vous en apprendrez beaucoup sur ce pays impossible et passionnant, sans didactisme, mais avec l'impression d'ouvrir enfin les yeux.
Lire la suite

 
www.benzinemag.net par Benoît Richard

un récit en tout point touchant et qui constitue aujourd’hui une document d’histoire passionnant.
Lire la suite

 
Globe-trotters par Claire Marca

on se régale du sarcasme de l’auteur américain

 
Chez Mo - BAR A BD par Mo'

Il dénonce, témoigne et se bat pour préserver son intégrité professionnelle. Ses propos sont mordants, incisifs, directs… en deux mots : sans concession. (...)

Un album coup de poing dans la même veine que les ouvrages publiés par Joe Sacco. A lire !
Lire la suite

 
Mais à quoi donc ça ressemble ?